Léo, Paul et Cyril ont réussi à obtenir LE sésame pour pouvoir se rendre au salon Vivatech 2019.
Voici un récapitulatif de ce qui a capté leur attention !

Le salon Vivatech est chaque année une occasion unique de découvrir les nouveautés du monde de la tech.
Qu’il s’agisse d’applications mobile ou de voitures volantes, on y trouve de tout dans tous les domaines.

On ne plaisante pas en parlant de voitures volantes au salon : c’est littéralement la première chose que l’on croise en arrivant!

 

Des invités d’honneur de renommée mondiale au Vivatech 2019

Vivatech est un évènement au rayonnement mondial, et les « guests stars » de cette année ne sont pas des moindres.
C’est la dirigeante d’IBM, Ginny Rommetti, qui a eu l’honneur d’ouvrir l’évènement. Ensuite, ce sont des interventions de Justin Trudeau, Jack Ma et Emmanuel Macron lui-même qui ont eu lieu.
Chacun est venu apporter sa pierre à l’édifice et donner la tonalité de l’évènement.

Le dirigeant Canadien a offert un discours sur l’impact sociétal de la technologie – et plus particulièrement de l’influence d’internet sur les comportements. Un choix de sujet compréhensible face aux augmentations de la cybercriminalité et du recrutement terroriste en ligne. À l’image du reste des discours de Trudeau, le problème présenté était intéressant mais pas l’ombre d’une solution en vue.

Le président Français a choisi une approche plus optimiste pour son intervention : en compagnie de cinq dirigeants de start-ups Françaises ayant réussi leur projet, l’accent a été mis sur l’inventivité et les capacités Françaises en terme d’innovation.

Interviewé par Maurice Lévy, Jack Ma a lui contribué avec une présentation plus philosophique. Le CEO d’Alibaba a donné sa vision sur l’évolution de l’IA et de la société face à la libéralisation des entreprises.

On regrettera le fait qu’aucun de ces trois dirigeants n’ait abordé le sujet de l’urgence climatique, alors que l’écologie était très présente au sein des allées de Vivatech…

Un mot d’ordre à Vivatech : le progrès au service de la planète

Le point central de Vivatech a toujours été l’innovation pour le futur. Applications, drones, dispositifs : les projets mis en avant peuvent être irréalistes autant que pertinents, mais ont toujours un intérêt.
Ces projets (dont beaucoup germent depuis des années déjà) ont tendance à être hors de portée du public.
C’est une tendance qui s’inverse cette année, alors que bon nombre d’innovations se dédient au développement durable et à l’écologie.

Une section entière du salon Vivatech présentait la thématique « Better life ».

Nous avons pu y voir une multitude d’innovations, dont beaucoup liées directement ou indirectement à l’écologie.

Nous avons pu voir des planches de surf fabriquées avec du plastique récupéré dans les océans, des solutions intelligentes de recyclage dans tous les genres… C’est toute une partie du salon qui était dédiée aux initiatives vertes.

On vous invite à regarder la liste complète des startups sur le site Vivatech si vous voulez vous faire une idée. 

La place forte des startups à Vivatech

Les startups étaient à l’honneur autant que les conférences lors du salon Vivatech. Des entreprises du monde entier ont pu présenter leurs services & initiatives. Japon, US, Angleterre, Canada & France étaient représentés au sein des (très) nombreux stands. Le site officiel Vivatech affirme que 13 000 startups étaient présentes. Nous avons un peu de mal à croire qu’il y en ait autant, mais il y avait largement de quoi faire !

Les domaines abordés par ces entreprises sont nombreux :

  • Industrie
  • Santé
  • Ressources Humaines
  • Marketing et retours d’expérience
  • Progiciels de gestion
  • Sécurité routière
  • Environnement
  • et plus encore…

 

On remarquera aussi une section entière très intéressante dédiée à l’Africatech.
Les besoins de l’Afrique en termes d’innovation sont très différentes des nôtres : le manque d’infrastructures du continent appellent des solutions originales.

De nombreuses start-up d’initiative Africaine, ou en partenariat avec des structures européennes, proposent des solutions originales adaptées aux problèmes du continent :

Une application de géolocalisation – ASC –  permet aux fermiers de connaître les emplacements de leurs troupeaux, afin d’éviter les vols de bétail. Agrix, grâce à l’intelligence artificielle, permet aux agriculteurs d’évaluer l’état de leurs récoltes et de prévenir les infestations d’insectes et de vermines.
Oniriq propose une offre d’installation de panneaux solaires qui permettent aux foyers pauvres/non équipés d’avoir un accès à internet.

Notre sélection des innovations made In France du salon Vivatech :

Les innovations Françaises n’étaient pas en reste lors de ce salon.
Voici quelques exemples de start-up dont le concept nous a plu, et que nous allons suivre de près :

– Fluid.e

Spécialisée dans le domaine de la sécurité routière, Fluid.e propose une solution de capteurs installés sur les routes.
Ces capteurs permettent de connaître les états du trafic et avertissent les conducteurs de manière appropriée.

En cas d’accident, de bouchons, de route dangereuse… Les capteurs de Fluid.e envoient automatiquement un message aux conducteurs. Une excellente solution pour avertir efficacement les automobilistes sur des routes dangereuses !
La solution est cependant encore à l’état de prototype, rien de concret pour l’instant.

Uzer

Uzer prend en compte le concept de notation de qualité des aliments et y ajoute une dimension de recyclage.
Non seulement l’appli vous donne des indications sur ce que vous devriez – ou non – acheter, elle vous explique aussi comment recycler efficacement. Ceci permet aux utilisateurs de responsabiliser leurs déchets autant que leurs achats.
On valide !

Trizzy

Semblable à l’esprit d’Uzer, Trizzy est un chatbot dédié au recyclage. Vous avez un doute sur ce que vous voulez jeter ?
Il suffit simplement de poser la question à Trizzy
qui vous donne la réponse et vous indique comment vous débarrasser de vos déchets.
De plus, Trizzy favorise les initiatives locales et l’économie circulaire en vous donnant des alertes dans les domaines de votre choix.

B:Bot

B:Bot est une borne de tri dédiée aux bouteilles plastiques. Lorsque vous insérez une bouteille dans la borne, B:Bot analyse sa taille, son poids et sa provenance. Si B:Bot accepte la bouteille, il la recycle sous vos yeux en la transformant en pailles. Si la borne refuse la bouteille, elle vous explique pourquoi. Une initiative intéressante qui ouvre la voie à d’autres IA dédiées au recyclage et au tri des déchets.

 

En conclusion

On remarquera aussi la présence d’un stand Qwant assez costaud qui traitait de la sécurité des données utilisateur, et plus particulièrement des selfies. Excellent résultat pour ce moteur de recherche Français qui séduit chaque jour de nouveaux utilisateurs.

À notre grande déception, pas grand chose en termes d’UX/UI et autres applications design & web.
Les développeurs et UX et UI designer étaient un peu les grands oubliés de cette édition de Vivatech : pas l’ombre d’un outil web en vue ! Un peu étrange à l’approche de la 5G qui va radicalement changer le comportement des sites en mobile.

Notre sentiment à l’issue de cette édition de Vivatech est un peu mitigé. On a été très intéressés par plusieurs innovations, mais l’affluence était telle qu’il a été difficile de voir tout ce qui pouvait être intéressant.
La structure du salon n’est pas vraiment adaptée à un mix conférences/démonstrations : passer d’une conférence à l’autre était une vraie galère, et l’intérêt de ces conférences était assez aléatoire. On a préféré se focaliser sur les stands de présentation, histoire d’être « dans le concret ».

Les grands groupes ont pris beaucoup de place sur le salon sans forcément avoir grand chose à montrer : on a un peu eu l’impression d’être dans un tunnel de métro couvert de pubs.
En termes de prospection, nous avons tout de même réussi a repérer quelques partenaires dont on vous parlera peut-être à l’avenir.

Pour l’année prochaine, on aimerait bien voir un mélange de conférences et de démos prenant part au même endroit; à l’heure actuelle la segmentation du salon rend la visite vraiment complexe.
Un peu dommage car il s’y trouvait pas mal de pépites qui valaient la peine d’être vues !