Plus de la moitié des recherches sur Internet seront vocales d’ici 2020. Cet article explique pourquoi chaque entreprise doit se préparer à la recherche vocale, qui sera la prochaine révolution du SEO. Et si ce domaine vous est totalement étranger, pourquoi ne pas commencer à prendre en main Google Analytics ?

La recherche vocale, est-ce utile pour mon entreprise ?

Par le passé, la recherche vocale relevait plus d’un vulgaire tour de passe-passe inutile. Est-ce que vous vous rappelez des débuts de Siri sur l’iPhone 4S et son incapacité hilarante à répondre à de simples questions ? Et bien, aujourd’hui, la recherche vocale n’est plus une nouveauté gadget, c’est un enjeu de taille. Selon QuoraCreative, plus d’un milliard de questions sont posées par mois aux assistants vocaux, et ce chiffre ne fait qu’augmenter.
Si la recherche vocale ne fait pas partie de vos projets, elle doit l’être. Sur les 5 prochaines années, la façon dont les personnes accèdent à l’information va prendre un virage à 180°, principalement visuelle ( website et FAQ); à de plus en plus centré sur la voix. Cela veut dire que la stratégie de recherche va elle aussi évoluer.
La recherche vocale reste le Far West du SEO, inconnu, semé d’embûches mais plein d’opportunités . Il y a beaucoup de questions à ce sujet et donc, des réponses qui l’accompagnent. Voici les réponses aux quatre plus grandes questions que vous et votre entreprise devez vous poser à propos du futur de la recherche vocale.

1. Pourquoi devrais-je m’intéresser à la recherche vocale ?

C’est une histoire de chiffres. La recherche vocale est déjà mature, et elle continue de grossir. En premier lieu, quelques chiffres: Il est estimé que plus de 40% des adultes aux Etats-Unis font une recherche vocale chaque jour. En 2020, Comscore prédit que plus de 50% de toutes les recherches seront vocales. Google, le créateur du plus efficace moteur de recherche visuel et textuel, admet que 20% de l’ensemble des recherches mobiles seront faites par la voix.

Google, le créateur du plus efficace moteur de recherche visuel et textuel, admet que 20% de l’ensemble des recherches mobiles seront faites par la voix.

Cela peut être évident à dire, mais les entreprises devraient être là où sont les consommateurs, même si elles ont une capacité limité d’action. La recherche vocale est toute fraîche, Alexa, Cortana, Siri et Google Assistant peuvent presque déjà tout faire ou tout dire. En utilisant la simplicité de ses fonctions, on peut en tirer de nombreux avantages, et ils en valent la peine.

Exploiter les limites de la recherche vocale

Une des plus grosses opportunités autour de la recherche vocale, c’est d’exploiter ses limites et l’utiliser pour avoir une conversation ciblée et claire avec les personnes de l’autre côté de l’écran. Aujourd’hui, naviguer sur Google, c’est patauger dans un océan d’informations. Même avec un SEO à la pointe, il en incombe toujours au consommateur de déterminer ce qu’il recherche. La promesse et le piège dans la recherche vocale est qu’elle limite drastiquement le nombre d’informations présentées à l’utilisateur. Si quelqu’un recherche une information simple et factuelle, la voix est la manière la plus efficace d’y arriver.
La bonne nouvelle est que la technologie derrière les assistants vocaux Google, Amazon, Apple et Microsoft rattrape finalement les ambitions des entreprises en matière de performance. Les résultats de recherche vocales sont de plus en plus fiables et pertinents. Avec un taux de 84% de précision, Google fournit de très loin, l’expérience la plus précise de recherche vocale, mais d’autres plateformes sont en train de s’améliorer. Cela veut dire que vous pouvez investir dans la recherche vocale en toute confiance et que les résultats seront probants et ne feront pas office de simple gadget technologique.

2. En quoi le comportement de recherche vocale diffère du comportement de recherche texte ?

Au fur et à mesure que nous passons de la frappe à l’oral, les comportements changent aussi. La recherche moyenne à travers la frappe est de 2 à 3 mots; avec le vocal, on est plus proche de 5 ou 7 mots. Les personnes qui communiquent à travers les assistants vocaux sont humains. Ils imprègnent leur questions d’informations personnelles et utilise un langage naturel. Cela peut être une différence insignifiante, mais ces mots en plus peuvent fournir un contexte plus riche autour des intentions de la personne lorsqu’elle pose une question.

La recherche vocale utilise la géolocalisation

Plus significativement, les personnes qui utilisent la recherche vocales sont plus susceptibles de chercher une réponse basée sur la localisation. Selon Search Engine Watch, les recherches vocales sont 3 fois plus probables d’être géolocalisées que les recherches textes, cela fait sens quand vous considérez que beaucoup de recherches vocales sont faites par un smartphone. Cela créer une opportunité intéressante pour les marques qui proposent des produits basés sur la proximité et la localisation à travers les montres connectées, qui bénéficient d’une grande accessibilité à l’utilisateur lorsqu’il souhaite effectuer une requête. Pour ces entreprises, la recherche vocale va être un important canal pour connecter leur marque à une expérience incroyable de vente au détail où les personnes pourront interagir avec le produit dans la vie réelle.


Éventuellement, la recherche vocale va s’échapper de nos téléphones ainsi que de nos appareils électroniques et rentrer de façon plus physique dans notre monde. Dans un futur proche, voir très proche, la recherche vocale fera partie intégrante du tissu social, et va fournir une échelle invisible d’interactivité à vraiment tout, comme par exemple se garer facilement au supermarché. La conclusion est que le comportement de recherche vocale (la façon dont les humains expriment par les mots leurs pensées et leurs questions) va constamment évoluer comme les technologies.

3. Où est-ce que les assistants vocaux ont leur réponse ?

En un seul mot : la micro data. Ne vous laissez pas effrayer par ce mot, c’est quelque chose que votre stratégie SEO possède déjà. Expliqué simplement, la micro-data se réfère à un code sur votre site internet qui autorise aux moteurs de recherche à retourner les informations les plus pertinentes pour le lecteur. Un moteur de recherche comme Google va utiliser la micro-data pour faire apparaître une liste de liens ou un snippet en réponse à la requête. Dans ce sens, les recherches vocales sont plus concises.

Pour savoir comment répondre, sachez vous poser les bonnes questions

Les réponses à une recherche vocal oscillent en moyenne entre 26 et 35 mots, ce qui signifie que le contenu extrait doit être également concis. Actuellement, les assistants vocaux n’ont pas la capacité de lire un article de blog de 600 mots et extraient les idées les plus importantes vers une réponse simple et reformulée. Qu’est ce que cela veut dire pour une stratégie brand content ? Penser plus simple. Il vous faut identifier les questions éventuelles que pourrait rencontrer votre marque, puis les intégrer de façon animée sur votre site sous forme de FAQ et de module. Des éléments tels que les fonctions de santé, les points de vente et les guides de l’utilisateur sont des questions faciles pour démarrer.
Il se peut que cela soit contre-intuitif de faire des raccourcis, mais pensez à comment les utilisateurs peuvent accéder à l’information dans le futur. De plus en plus de personnes utilisent la recherche vocal pour répondre aux questions suivantes : qui, quoi et comment ? Peu d’entre elles accèdent au site en lui même. Créer une stratégie agressive en marquant votre contenu avec de la micro-data est fondamentale. Cette data aide à déclencher des snippets de qualité et fournir une opportunité de donner à ces assistants une réponse riche et vive.

4. Est-il possible d’optimiser ce contenu ?

La réponse est oui, mais c’est plus compliqué que ça. Beaucoup d’aspects de la traditionnelle stratégie SEO s’appliquent aussi à la recherche vocale. Chaque bonne stratégie autour de la recherche commence avec une recherche des mots clés. Si les utilisateurs posent la question verbalement, ils tendent à ajouter plus de mots dans leur requête, poussez plus loin votre zone de recherche avec des mots clés long-tail (ou longue traîne) et concentrez-vous sur des mots clés basés sur des questions.
Savoir comment les utilisateurs recherchent et comment ils le font est la première étape vers une bonne stratégie, mais avec la recherche vocale, il s’agit de comprendre l’intention de recherche. Nous essayons en grande partie de définir les questions qu’une personne pourrait poser à propos d’un produit ou d’une marque. Certes, il y a des milliers de questions sur un produit donné qui méritent d’être répondu, mais l’astuce est de comprendre comment extraire l’essentiel de ces questions en fonction des besoins de l’utilisateur.

Faire cela implique une double approche. Premièrement, il est important de savoir ce que les utilisateurs demandent le plus aux moteurs de recherche, ce volume conséquent de questions devra être obligatoirement entouré de contenu. La partie la moins intuitive de ce processus se définit sur les questions que vous n’avez pas à vous poser. Des requêtes comme : « comment trouver une version moins chère » ou des questions axées sur le service comme  » pourquoi cela ne marche pas ? » peuvent tomber dans la catégorie de mots-clés à exclure et vont rapidement filtrer un large nombre de questions à répondre. Plus de 30% des questions posées sur un produit étaient similaires à celles des mots clés ou tombaient dans la catégorie des mots clés à exclure.

Comment réussir sa stratégie de recherche vocale ?

La recherche vocale n’est pas un effort ponctuel. En effet, en actualisant vos réponses obligatoires mensuellement, vous vous assurez que les réponses vocales à ces questions soient à jour. Comme toute stratégie d’optimisation efficace, il est impératif d’établir une stratégie de contenu solide, et de s’y tenir sans relâche.
Comme la recherche vocale ne cesse de grandir, les marques peuvent garder une longueur d’avance en anticipant la façon dont les questions des utilisateurs évoluent. La bonne solution pour ce genre de problématique est Answer the Public, elle aide les marketers et aficionados du SEO à trouver les requêtes qui vont être demandées à propos des marques, ainsi, ils peuvent commencer à élaborer leurs réponses à destination des utilisateurs.

Article traduit depuis MagentaDavid Sosnoski