Introduction

Être à la tête d’une multinationale de l’informatique n’empêche pas de se tromper. Ken Olsen, président de la Digital Equipement Corporation (DEC) nous le prouve, car lors d’une conférence en 1977, il déclare : « Un particulier n’a aucune raison d’avoir un ordinateur chez lui. » Or, en 2019, 76% des foyers français possède un ordinateur ce qui a un impact phénoménal sur nos vies.

Durant les dernières décennies et encore aujourd’hui, le secteur informatique n’a cessé d’évoluer. Les entreprises leaders se battent pour grappiller des parts de marché, en inventant tous types de technologies, toujours plus innovantes, autonomes et avec un maximum de fonctionnalités. Durant les dernières années la vivacité de la concurrence entre producteurs de matériels informatiques a permis une baisse phénoménale du prix des ordinateurs et des smartphones. Les améliorations des différents systèmes d’exploitations, applications et composants en tout genre sont autant de raisons qui ont permis une évolution extrêmement rapide du secteur. 

Une évolution qui a pris toute l’humanité de court. En une seule génération, elle a su s’immiscer dans notre quotidien, sans nous laisser le temps d’en évaluer les dangers. Avec l’apparition des réseaux sociaux et l’explosion du nombre d’informations disponibles, il nous est dorénavant difficile de vivre confortablement sans avoir accès à internet. Effectivement, il est désormais possible de tout faire via internet, ses courses, réserver un restaurant ou des vacances, se faire livrer de la nourriture, un livre, etc. Pour toutes ces raisons, il est devenu rare de rencontrer des personnes qui ne sont pas équipées d’un smartphone ou d’un ordinateur. Du nouveau matériel informatique apparaît chaque mois sur le marché. Toujours plus puissant, avec toujours plus de fonctionnalités… Pourtant, plus de la moitié de ces dernières ne sont pas utilisées par les utilisateurs.

L’avènement du numérique et du web a poussé la société à s’adapter autour de ces derniers, ce qui n’a pas déplu aux consommateurs, même si aujourd’hui une partie d’entre eux est devenue dépendante. Cette explosion du numérique et du web a fait apparaître d’autres dangers. Il y a à peine 20 ans, l’impact environnemental du web était négligeable et peu de personnes s’y intéressaient, cela n’est désormais plus le cas.

Dans ce contexte où toute augmentation de la consommation globale d’énergie rend plus difficile la réussite des objectifs écologiques modernes, le numérique apparaît aujourd’hui comme un moyen infaillible pour réduire la consommation d’énergie dans un grand nombre de secteurs car il permet une utilisation plus efficiente des ressources, que ce soit l’énergie, le transport, l’industrie, les services etc.
Cette image colle tellement au numérique qu’il est souvent considéré qu’il n’est pas possible de maîtriser le changement climatique sans une utilisation massive du numérique et du web.

Cependant, l’empreinte environnementale du numérique est très largement sous-estimée par ses utilisateurs. En effet, les chiffres sont éloquents. Comme le cite le rapport de l’association GreenIT : 

L’empreinte annuelle du numérique dans le monde en 2019 était de :

  • Consommation d’énergie primaire : 4,2 % 
  • Émissions de gaz à effet de serre  : 3,8 % 
  • Consommation d’eau : 0,2 % 
  • Consommation d’électricité : 5,5 %

En exprimant ces chiffres différemment, l’effet est encore plus impressionnant. Cette empreinte correspond :

  • Aux émissions de gaz à effet de serre de 1,5 milliard de salariés français allant travailler pendant un an.
  • A l’utilisation de 242 milliards de packs d’eau minérale de neuf litres pour refroidir les serveurs, entre autres.
  • A la consommation électrique de 82 millions de radiateurs électriques de 1000 Watts allumés en permanence.

En réponse à ces chiffres alarmants et en m’appuyant sur mon mémoire universitaire dédié à ce sujet, j’ai décidé d’expliquer un phénomène mettant en place des stratégies informatiques respectueuses de l’environnement. C’est ce que l’on appelle le Green IT. 

Plus de la moitié des fonctionnalités du matériel informatique n’est pas utilisée par les utilisateurs

Les impacts et enjeux environnementaux du numérique

Malgré ce que l’on peut penser, le numérique et le web ne sont pas exempts de pollution. En effet, même si nous n’en voyons que rarement les infrastructures, elles sont bien présentes et leur impact est bien réel. Il a d’ailleurs explosé durant les 20 dernières années. Il semble donc difficilement concevable de laisser ce phénomène se développer sans prendre conscience des impacts liés à l’utilisation massive de matière première qu’il requiert, à l’émission de gaz à effets de serre et à la consommation énergétique.

Infrastructure physique du numérique

Afin de cerner l’impact environnemental du numérique, la première étape consiste à comprendre que le web est polluant et n’est pas immatériel. Il repose bel et bien sur des infrastructures physiques. Effectivement, il est constitué de terminaux liés à des centres de données par des milliers de kilomètres de câbles. L’impact est donc partagé entre trois acteurs :

  • Les utilisateurs, nécessitant des box internet, des récepteurs wifi et d’autres équipements afin de se connecter.
  • Le réseau, nécessitant des émetteurs wifi, des dizaines de milliers de kilomètres de câbles, des hubs, etc.
  • Les centres de données, nécessitant la production, l’utilisation et le refroidissement des serveurs.

Afin de pouvoir en estimer efficacement l’impact, il est primordial de se faire une idée de la quantité de ressources utilisées pour que vous puissiez lire cet article.

Tout d’abord, nous nous excusons d’avance pour le mal de tête qui va suivre, mais nous vous le promettons, c’est intéressant ! 😇
Ainsi, il convient de rappeler qu’il y aurait environ 5 milliards d’internautes dans le monde. Ces derniers accèdent à quelques 2 milliards de sites web (comme vous, en ce moment même !), contre seulement 800 millions en 2014. En dehors de leur simple navigation web, ils s’envoient plus de 250 milliards d’emails quotidiennement. Toutes les activités digitales réunies causeraient quotidiennement des émissions de plus de 3.3 millions de tonnes de gaz à effets de serre. Afin de mieux comprendre la raison de ces chiffres, il convient de se tourner du côté des centres de données, hébergeant tous les sites, emails, vidéos et photos.

Ainsi, il y aurait 67 millions de serveurs dans le monde. De plus, pour relier ces serveurs aux internautes, plus de 1,2 millions de câbles sous-marin ont été installés, plusieurs dizaines de satellites ont été mis en orbite, ainsi que plus d’1,1 milliard d’éléments actifs de réseau permettant, notamment, d’émettre des ondes 4 et 5G. L’impact causé par ces derniers se produit principalement au moment de leur production, comme la plupart des appareils électroniques, mais pas seulement. Une partie non négligeable de leur impact est généré lors de leur phase d’utilisation (c’est pour  cela que nous avons désormais des partenaires techniques qui proposent des hébergements “verts” !) et de leur fin de vie.

Toutes les activités digitales réunies causeraient quotidiennement des émissions de plus de 3.3 millions de tonnes de gaz à effets de serre

Epuisement des ressources

Comme nous l’avons vu précédemment, l’épuisement des ressources naturelles non renouvelables, ainsi que l’érosion de la biodiversité liée à la pollution induite par la fabrication et la fin de vie des appareils numériques, constituent des impacts environnementaux tout aussi importants que le réchauffement climatique.

Ne produisant que très peu de serveurs, d’ordinateurs et de smartphones en France, l’essentiel de l’impact du web en France se passe donc lors de la phase d’utilisation de ces derniers. Il s’agit principalement de la grande consommation d’eau douce nécessaire à refroidir les serveurs et les centrales nucléaires, l’électricité afin d’alimenter nos machines en énergie ainsi que l’émission de déchets radioactifs. 

En dehors de la France, les impacts sont différents. Au niveau mondial, il se concentre principalement sur la production de ces équipements, notamment en Asie. Cela est dû au grand nombre d’équipements connectés. Effectivement, selon Cisco, il y en avait 18,4 milliards en 2018 et ce nombre ne cesse de croître. Même si l’impact individuel d’un ordinateur, d’une tablette ou d’un smartphone est plus faible que celui d’un serveur, nécessitant bien plus de matériaux rares, ces équipements sont beaucoup plus nombreux et leur durée de vie est plus courte. Il y aurait, soit dit en passant, 287 fois plus d’objets connectés du côté des internautes que de serveurs dans le monde. De plus, contrairement à un ordinateur de bureau, dont la durée de vie est à peu près égale à celle d’un serveur, soit quatre à six ans, celle d’un smartphone n’est que de 18 à 24 mois. Cette obsolescence des smartphones induit une grande consommation de ressources.

Bien qu’il soit assez difficile d’estimer l’impact engendré par la production d’un seul ordinateur, nous pouvons tout de même vous proposer quelques chiffres pour vous donner une idée, nous savons que vous mourrez d’envie de le savoir, si, si ! 🙃
De fait, un ordinateur standard d’environ deux kilogrammes nécessiterait pas moins de 600 kilogrammes de matières premières pour être produit. De plus, étant de plus en plus performants et équipés de composants de plus en plus complexes, leur production ainsi que celle des smartphones modernes que nous utilisons nécessite bien plus d’énergie, de traitements chimiques et de métaux rares qu’il y a 20 ans : l’indium, nécessaire aux écrans LCD ou le tantale, indispensable pour la création de smartphone en sont de parfaits exemples. Pas moins de 70 matériaux différents, dont 50 métaux, sont ainsi nécessaires pour fabriquer un smartphone.

Comme nous l’avons vu, afin de diminuer l’impact du numérique, il convient tout d’abord de limiter la production de nos machines. Afin de favoriser cela, les agences web ont un rôle important à jouer. En effet, qui n’a jamais dû changer d’ordinateurs et/ou de smartphones alors qu’ils étaient parfaitement fonctionnels mais qu’ils n’étaient plus assez puissants pour afficher des pages web, toujours plus lourdes à cause de leur mauvaise conception? Personne, ou presque. 

Les gaz à effets de serre

Les gaz à effet de serre, comme leur nom l’indique, agissent sur l’effet de serre. Ce dernier contribue à retenir une partie de la chaleur émise par le soleil afin de maintenir un équilibre thermique sur notre planète. Sans cela, la température sur terre serait tout simplement invivable : -18°C. L’augmentation des gaz à effets de serre se traduit donc directement par une hausse de la température terrestre

Les émissions de gaz à effet de serre n’ont ainsi jamais cessé de croître. Cette inaction se répercute sur tous les secteurs et dans tous les pays. Le numérique ne fait pas exception. En effet, en 2018, la part des véhicules légers, comprenant les voitures et les motos, connue pour être un des phénomènes les plus polluants de la planète, a été de 8%, soit seulement deux fois plus que le numérique.
Plus inquiétant encore, alors que le numérique émet autant de gaz à effet de serre que l’Inde en émettait en 2015 avec 1 milliard 300 millions d’habitants, la tendance ne semble pas prête de diminuer. Comme nous le voyons ci-dessous, le part du numérique devrait passer de 4 à 8% entre 2020 et 2024, égalant ainsi celle que représentait les véhicules légers en 2018.

Le développement des usages

Le développement du numérique et ses impacts sont directement liés à l’évolution de nos modes de consommation. Durant les dernières années, de nombreux changements sont apparus dans notre façon d’interagir avec le web. Étant beaucoup plus présent dans la vie des consommateurs, de plus en plus d’acteurs du web prennent en considération les enjeux écologiques dans la conception des sites web, et ce n’est pas du luxe.

En effet, sans surprise, les sites web et applications sont maintenant bien plus attirants qu’il y a 10 ou 15 ans. Plus colorés, dotés d’animations et regorgeant de fonctionnalités en tout genre, ils facilitent nos vies. Ils représentent également parfaitement le phénomène de l’obésiciel : s’ils sont mal conçus, cela fait augmenter drastiquement le poids des pages web. Ainsi, entre 1995 et 2021, le poids moyen des pages web a été multiplié par 151, passant de 14 Ko par page à plus de 460 Ko en 2010 et à 2 120 Ko en 2021.

Il existe plusieurs raisons à cela. Il s’agit, toutefois, presque toujours d’un besoin de rentabilité de la part des acteurs. Tout d’abord, il y a encore quelques années, la qualité d’un code se mesurait aux performances qu’il fournissait par rapport aux ressources qu’il nécessitait. La raison était principalement la faible puissance des réseaux internet, la capacité des processeurs, la quantité de mémoire vive ou de stockage, ce qui constituaient de véritables limites techniques qu’il fallait prendre en compte lors du développement. Les développeurs étaient encore jugés à leur capacité de faire entrer leur code dans la petite zone qui leur était allouée. Cette capacité était précieuse. Cependant, alors que les enjeux climatiques sont devenus une réalité quotidienne et que les métaux rares et autres ressources non renouvelables sont à l’origine de nombreux conflits géopolitiques, nous assistons à une situation où un site développé efficacement se résume plutôt en temps de travail pour le développeur qu’en terme d’optimisation du code (mais pas chez Limpide !). Cependant, nous avons une bonne nouvelle : un effort de développement sur les milliards de milliards de lignes de codes qui vont être créées pour produire les sites de demain aurait un réel effet positif pour diminuer l’impact du numérique.

L’avènement du Green IT

Le concept d’éco-responsabilité dans le numérique est apparu pour la première fois aux Etats-Unis en 1992 avec le programme Energy Star. L’apparition de ce label en Europe marque le véritable lancement de l’éco-responsabilité numérique, également appelé Green IT, dans le monde. En 2008, les premières actions structurées sont lancées par les associations, les entreprises privées et les organisations publiques. Cependant, durant cette période, le concept n’en était qu’à ses balbutiements. La notion de Green IT n’était pas très populaire auprès des directions de systèmes d’information françaises, et une majorité d’entre elles la considérait davantage comme un atout marketing qu’un réel enjeu. Durant cette même année, près de la moitié des directions de systèmes d’information ne prévoyaient aucun programme Green IT. Pour cette raison, il était nécessaire d’inculquer aux entreprises utilisatrices une conscience éco-responsable. Pour ce faire, les premiers constructeurs ont accepté leurs responsabilités et ont commencé à se mettre au vert à partir de 2008.

Aujourd’hui, en 2022, la quasi-totalité des constructeurs ont adopté des politiques éco-responsables. Cette dernière n’est plus seulement une façon de penser ou des promesses, ce sont des actes quotidiens. Les grandes entreprises dépensent des sommes astronomiques pour mettre à jour leur parc informatique, mais également responsabiliser leurs collaborateurs.

Qu’est-ce que le Green IT ?

Comme le précise l’étude “We Green IT” du WWF, le Green IT ou éco-responsabilité numérique correspond à l’ensemble des technologies permettant aux entreprises de diminuer considérablement l’empreinte carbone, la production de gaz à effet de serre ainsi que la consommation électrique engendrée par leurs activités liées au numérique.

En résumé, il s’agit de l’ensemble des technologies permettant d’augmenter l’efficacité énergétique des activités liées au numérique au sein de l’organisation. Il s’agit également des politiques mises en place par celles-ci afin de favoriser le développement durable et l’éco-responsabilité numérique. La notion s’applique à tous types d’entreprises, mais principalement pour celles du secteur informatique ou simplement celles dont l’outil informatique est utilisé de façon intensive. Elle apporte de nombreux avantages, tant pour l’environnement que pour les organisations elles-mêmes. Cependant, même s’il est connu que les organisations optent de plus en plus pour postures éco-responsables, qu’en est-il réellement des sites-web éco-responsables ?

Conclusion

Le constat fait en début de travail était très négatif. Le secteur numérique ne cesse d’évoluer d’année en année. En seulement deux décennies, il a su s’imposer durablement et profondément dans nos vies. Cependant, son expansion a été si brutale que l’humanité n’avait aucun recul sur les impacts que cela engendrerait. Ce n’est plus le cas aujourd’hui et nous prenons conscient de l’impact. En 2020, le numérique contribue à hauteur de 4% dans les émissions mondiales de gaz à effets de serre, soit seulement deux fois plus que le faisaient les véhicules légers en 2018, avec 8%. Toutefois, de plus en plus d’organisations ont pris conscience de cela et ont décidé d’agir et d’intégrer l’éco-responsabilité numérique au sein de leur structure. Ces précurseurs, organisations publiques, associations ou entreprises, ont développé de nombreux critères et conseils pour les autres acteurs. Nous pouvons considérer cela comme étant une très bonne nouvelle, cependant, la majorité de ceux-ci ne sont pas du tout applicables par les organisations de tailles modérées souhaitant intégrer le critère au sein de leur structure, car trop techniques et complexes. C’est pour cette raison que nous souhaitons réutiliser les ressources que j’ai développé pour mon mémoire universitaire afin de développer une offre axée sur l’éco-responsabilité dans le web. C’est pour cette raison que, dans le prochain article, je vous présenterai les étapes pour créer un site web éco-responsable.