Analyse

Définition de la Blockchain par Adrien Lafuma

9 avril 2018

Comprendre la Blockchain

Adrien Lafuma, Associé Fondateur de “Blockchain Partner” s’est prêté au jeu de l’interview Limpide.

Blockchain Partner est une Start-Up Parisienne, née en 2017 de la fusion de Blockchain France et Labo Blockchain.

L’agence est spécialisée dans le conseil et la formation sur la Blockchain, elle accompagne les entreprises dans leur transformation vers cette technologie.

Adrien Lafuma ?

Diplômé de l’école EPITA (École Pour l’Informatique et les Techniques Avancées) Adrien Lafuma démarre sa carrière en tant que consultant pour SAP, il lance ensuite un studio de réalisation de jeux vidéo : Wanara.

Il rejoint le CEO de Labo Blockchain en 2015 et se trouve aujourd’hui co-Fondateur de Blockchain Partner.

Adrien est une personnalité importante du monde de la crypto-monnaie et de la technologie qui l’entoure.

 

La Blockchain

Bien qu’elle représente une technologie difficile à cerner, il est important de comprendre ce qu’est la Blockchain et quels sont ses enjeux futurs, car elle présage une révolution de nombreux secteurs d’activité et une modification du fonctionnement de notre éco-système non seulement d’un point de vue macro-économique mais aussi micro-économique.

Cette technologie de transmission et de stockage d’information possède de nombreuses applications.
En effet, si la Blockchain se définit par une technologie de stockage décentralisée, c’est la sécurité de l’information qui lui fait prendre tout son sens.

La sécurité est l’une des problématiques les plus importantes des entreprises.
Le caractère non modifiable d’une information permet, entre autres, de lui attribuer de la valeur.
C’est en cette caractéristique que réside la valeur des crypto-monnaies qui ont fait tant de bruit ces derniers mois.

Comment ça marche ?

La Blockchain est par définition une base de donnée décentralisée, transparente et sécurisée, mais comment fonctionne-t-elle ?

Cette technologie se compose d’une suite de blocs interdépendants transportant chacun une information.

Ces blocs sont liés par un « Hash » qui est une suite de caractères générée par le bloc transactionnel et dépendant des données qu’il contient, le Hash sert de clé d’identification du bloc.

Voici un exemple de Hash :

000015783b764259d382017d91a36d206d0600e2cbb3567748f46a33fe9297cf

Un bloc comporte ces informations :

  • Un titre
  • Un Timestamp ( contient la date et l’heure relative de la transaction )
  • Un numéro d’authentification unique
  • Une donnée
  • Un Hash
  • Le Hash du précédent bloc

Lors de la création d’une blockchain, un premier bloc transactionnel est créé, comportant toutes les caractéristiques listées ci-dessus, à l’exception du Hash du précédent bloc.

Lors de la création d’un deuxième bloc, il enregistre automatiquement le Hash du précédent bloc.

Si les données d’un bloc sont modifiées, son Hash l’est également, ce qui rend infalsifiable une information déjà créée.

Par exemple :

Admettons que le premier « Bloc n°1 » transporte l’information « A envoie 10€ à B » et que son Hash soit « 1234« .

La création d’un deuxième bloc « Bloc n°2 »  enregistre le Hash du bloc précédent, à savoir « 1234« .

Maintenant, si nous modifions  dans « Bloc n°1« , la donnée « A envoie 10€ à B »  par  « A envoie 500€ à B »  son Hash se verra également modifié, et prendra une autre valeur, par exemple « 5678« .

Ainsi « Bloc n°2 » a enregistré qu’il est sensé recevoir « 1234 » dans le champ du Hash du bloc précédent. Or, il reçoit la valeur « 5678« . Il sait donc que le « Bloc n°1 » a été modifié après avoir été créé et signalera donc une erreur.

 

L’interview de Adrien Lafuma

Basic.
Qu’est-ce que la Blockchain ?

La blockchain c’est un grand livre de compte décentralisé qui va stocker les transactions que les utilisateurs vont faire entre eux pour s’échanger des tokens.
La blockchain va permettre de tracer l’intégralité du parcours de ce Token (jeton) d’un utilisateur à un autre.

To
Tok
Token ?

Un Token c’est une unité de compte digitale, historiquement le premier token sur une blockchain c’est le BitCoin.
On peut créer d’autres Token qui peuvent représenter des valeures digitales ou, la possession d’un bien physique.

Initial Coin Offering

Les “Initials Coin Offering” (les ICO) c’est un mécanisme de crowdfunding (ou levée de fond). L’argent qui va être levé en crypto-monnaie, va être converti en Token et les investisseurs vont recevoir des parts du projet, qui sont représentés par ces Tokens, en tant que preuves de leur investissement.

Et la france dans tout ça ?

On se situe à mi-chemin entre les pays très ouverts, comme la Suisse et l’Angleterre, et les pays comme la Chine qui eux, se veulent plus restrictifs et veulent encadrer de manière très forte, cette technologie.
On a la chance d’avoir la Banque de France qui est très active sur le sujet, et qui envoie un message fort à l’éco-système, à savoir : qu’ils ont sur la Blockchain un regard bienveillant, et qu’ils veulent s’approprier le sujet pour voir ce qu’ils peuvent en faire.

Ma mère elle Blockchain quand ?

A mon avis : pas avant cinq ou dix ans !
Aujourd’hui c’est encore une technologie réservée aux experts. On a de gros défis à relever en terme de sécurité informatique et d’utilisabilité pour que Monsieur et Madame Tout-le-Monde puissent intégrer la Blockchain à leur quotidien à l’avenir.

 

2

picto-limpide

Vous avez aimé nos contenus ?  

Abonnez-vous à notre newsletter mensuelle  

 


 Non merci, pas pour cette fois